La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise
Article proposé par Frédéric CANEVET du site http://www.conseilsmarketing.com

Pour créer une entreprise, il ne suffit pas juste d’avoir une bonne idée, il faut aussi qu’elle corresponde à un marché c’est à dire à un besoin urgent, important et solvable.

En effet, trop de créateurs d’entreprises se lancent tête baissée dans la création de leur offre sans valider sa pertinence en amont, et ce n’est que quelques mois plus tard que le produit est présenté aux prospects que la sanction tombe.

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise
Voici donc quelques conseils simples pour éviter de se prendre le mur.

C’est quoi une fausse bonne idée ?

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise

Un bon exemple se retrouve via toutes ces startups qui s’étaient lancée dans les années 2000 en proposant de lancer des applications par des gestes ou des mouvements de la souris.
Un concept sympa mais qui n’a jamais connu le succès car cela reste plus simple de cliquer sur une icône.

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise

Et ne pensez pas que ce genre d’erreurs n’arrive qu’à de petits entrepreneurs

Prenez Apple avec SIRI et Google avec « ok google »… ces « bonnes idées » ne sont utilisées par quasiment personne (même si dans l’avenir, je suis persuadé que cela sera le cas).

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise

A cela plusieurs raisons :

Il ne faut pas avoir raison trop tôt

Sinon vous devrez éduquer le marché (ce qui est un gros effort) et par conséquent pratiquer des prix élevés pour compenser un faible volume.

Il faut penser à la praticité

Qui va cliquer sur une icône,  dire ok google, puis dicter une phrase (et ne pas être sûr d’avoir la bonne interprétation) plutôt que de taper au clavier en sachant le résultat ?
Pour SIRI et OK Google, ce qui manque c’est un bouton qui permet de lancer la fonction rapidement.

Un autre problème de cette fonction, c’est de vouloir tout faire

Or un principe marketing dit que « vendre à tout le monde, c’est vendre à personne ! ».
Ainsi en indiquant que SIRI et Google now font tout, cela perd en crédibilité. Pour être crédible il faut adresser le bon message afin que la cible se reconnaisse dans le besoin et la solution.

Par exemple, concentrer l’utilisation de SIRI à la recherche d’un itinéraire.

L’absence de « killer feature » (LA fonction)

C’est à dire qu’avant de vouloir tout faire, il faut déjà faire très bien une chose qui est attendue par-dessus tout et qui est différenciante.
Or SIRI se voulait être elle-même cette killer feature… ce qui n’était pas le cas, SIRI est une fonction et non pas la réponse à un besoin ou à un problème client.

Comme éviter l’effet « fausse bonne idée » ?

Il y a plusieurs moyens simples :

1 : Utilisez-vous même votre produit

Et demandez ensuite à vos prospects de le tester (et ne demandez pas juste à votre famille et vos amis car ils peuvent vouloir vous répondre pour housse faire plaisir).

Cet effet « halo » qui consiste à vous faire plaisir, arrive souvent lorsque vous êtes passionné pour une idée, et que vos proches n’osent pas vous démoraliser.
C’est aussi vrai lorsque vous présentez à un tiers votre projet comme étant votre « passion », la personne en face de vous sera moins enclin à critiquer votre offre.

2 : Expliquez à un enfant de 7 ans votre concept, et vérifiez ce qu’il a compris

Ce qui se conçoit simplement s’explique simplement… C’est pourquoi un enfant doit comprendre ce que vous voulez vendre.
C’est essentiel, car il ne faut pas oublier qu’en grande distribution, sur le web.. le temps de prise de décision est de moins de 5 secondes.

Donc il faut une offre simple, claire et limpide.

3 : Confrontez votre idée au marché le plus rapidement possible

Ce n’est pas vous, une étude de marché, une étude d’un grand cabinet de consulting… qui a raison… C’est le client !
Il faut donc tester le plus tôt votre offre, et si possible le faire payer !

Vous pouvez le faire via un prototype (ex : impression 3D, produit quasi fini…), soit avec une landing page (un  mini site créé avec Strikingly, Instapage, WordPress…), et lancez une publicité sur Google adwords et Facebook ads. Vous verrez immédiatement les résultats (clics, taux de conversion…).

4 : Mettez en place une campagne de financement participatif sur kickstarter et les autres sites de financement participatifs

Cela vous permettra de confronter votre idée au marché, et de son appétence.
Et si cela ne fonctionne pas, prenez en compte les remarques et les commentaires.

5 : Faites une étude de marché auprès des prospects cibles.

Cela peut se faire en face à face dans la rue, par e-mail, via Twitter, etc.

Cependant vérifiez bien que la cible est représentative via des questions filtres (ex : âge…), puis proposez une pré-commande immédiate avec un bon de réduction. Le système des précommandes vous permet de mesure exactement qui sera vraiment intéressé.

6 : Demandez à un expert son avis

Vous pouvez par exemple demander à un blogueur,  un free-lance, un consultant … son avis sur votre projet.
Car le plus souvent, leur connaissance du marché permet de faire gagner un temps précieux (et si vous n’avez pas les moyens, pourquoi ne pas proposer déjeuner).

Le but étant d’avoir un avis externe d’un expert.

7 : Le Minimum Viable Produit

Plutôt que de faire un produit le plus aboutit possible, concentrez-vous sur la valeur et a différenciation qu’il apporte le plus, et réalisez un prototype à mettre dans les mains de vos premier cobayes.

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise

En conclusion

Il n’y a rien de pire que de travailler pendant des jours, des semaines ou des mois sur un projet, et de s’apercevoir que finalement on est passé à côté des besoins des clients… C’est pourquoi, il est essentiel de valider son projet auprès de sa cible.

Pour autant, dans le cadre de projets innovants, il faudra tout de même suivre son instinct.
En effet de nombreux produits comme le Post-It ou le Walkman n’auraient jamais vu le jour sans l’obstination de leurs créateurs : c’est parce qu’ils étaient persuadés de l’intérêt de leur produits qu’ils se sont lancés !

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise

Si vous souhaitez aller plus loin, je vous offre mon guide « Je veux réussir ma startup » en cliquant sur ce lien avec une centaine de pages pour lancer, financer et rentabiliser votre entreprise.

La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d’entreprise

Vous avez un projet ?

Parlons-en ensemble

Nous contacter

Partager cet article

Noter cet article

1/52/53/54/55/5
Frédéric Canevet

Frédéric CANEVET est Blogueur, WebMarketeur et Product Marketing Manager depuis plus de 15 ans. C’est un spécialiste du marketing B2B, et en parallèle il anime le Blog ConseilsMarketing.com

157 solutions pour monetiser votre blog
RECEVOIR LES MEILLEURS ARTICLES
JE M'ABONNE
Lire les articles précédents :
Canvas : le nouvel Eldorado de la publicité Facebook ?

Canvas, à ne surtout pas confondre avec l'éditeur graphique en ligne "Canva", est un format publicitaire Facebook particulièrement innovant. Petit...

Fermer