Je n’ai aucune formation en informatique (je suis ingénieur en mécanique) mais je suis un gros bidouilleur. Par conséquent je torture systématiquement mes ordinateurs, téléphones et divers joujous pour rajouter telle ou telle fonctionnalité (que je n’utiliserai jamais) ou les booster (sans effet visible à l’œil nu).
Bien évidemment j’ai le même défaut quand il s’agit de sites web mais avec des effets de bords nettement plus importants.

Des plantages SQL dus à des attaques de hackers

Je vous passerai le détails de toutes mes catastrophes informatiques pour faire un focus sur un problème que je rencontre sur mon serveur dédié.
Depuis l’an dernier le serveur SQL qui fait tourner tous mes sites WordPress plante très régulièrement, rendant tous les sites inaccessible parfois pendant plusieurs heures.

Après optimisations et diverses fouilles dans les logs j’en suis arrivé à la conclusion que – pour une fois – les plantages ne sont pas de mon fait, mais liés à des attaques.
Le serveur est protégé par Cloudflare + CSF +Fail2ban + Jetpack + d’autres scripts ou plugins, mais n’étant pas expert en admin sys il reste des trous dans la raquette.

En attendant de renforcer la sécurité du serveur, je partage avec vous la rustine que j’ai mise en place pour que ces plantages passent (presque) inaperçus.

Redirection de l’internaute vers le cache Google de la page demandée

Attention, si cette solution permet de masquer le(s) problème(s) elle ne résout évidemment rien. Si vous avez régulièrement des plantages SQL encore non expliqués, vous devrez tout de même continuer à investiguer ou vous risquez tôt ou tard de subir un plantage bien plus grave !

Je vous ai déjà parle de wp-error.php il y a bien longtemps dans un articles qui parlait de contourner les erreurs de connexion à votre base de données. En cas de problème de connexion à votre base SQL ce script que vous pouvez créer dans le répertoire /wp-content/ sera exécuté par WordPress.

Plutôt que de signaler un plantage à l’internaute – info sans intérêt – nous pouvons regarder si notre ami Google n’a pas mis la page demandée en cache.
Si c’est bien le cas on va donc afficher ce cache.

Pour afficher le cache Google d’une page il suffit de renseigner une adresse de la forme : http://google.com/search?q=cache:url_de_la_page

Notre petit fichier wp-error.php va donc contenir ces quelques lignes de code :

WordPress : le guide ultime pour contourner les plantages SQL

Vous avez un projet ?

Parlons-en ensemble

Nous contacter

Partager cet article

Noter cet article

Fabien Elharrar - 307 articles
Consultant en acquisition d'audience, monétisation web et growth hacking.
157 solutions pour monetiser votre blog
RECEVOIR LES MEILLEURS ARTICLES
JE M'ABONNE
La fausse bonne idée : pire ennemie de la startup et du créateur d'entreprise

Fermer